• Gestion des déchets de moyenne, faible, très faible activité à vie courte

    Gestion des déchets de moyenne, faible, très faible activité à vie courte

    I - Limiter les quantités produites

    II - Trier les différents types de déchets

    III - Conditionner et préparer la gestion à long terme

    IV - Isoler de l'homme et de l'environnement

     

     

    L’exploitation des centrales nucléaires est à l’origine de différents déchets nucléaires correspondant à des filtres, des outillages, plastiques et textiles issus des opérations de maintenance. De même, des déchets : ferrailles, gravats en béton résultent de la déconstruction des centrales. La radioactivité de ces déchets est moyenne, faible ou très faible et à vie courte. Des filières industrielles permettent un traitement définitif de ces déchets.

    Comme pour tous les déchets nucléaires, 4 principes de gestion s’appliquent à ces déchets TFA et FMA VC :

    • limiter les quantités produites
    • trier par nature et niveau de radioactivité
    • conditionner et préparer la gestion à long terme
    • isoler de l’homme et de l’environnement

     

    I – Limiter les quantités produites

     

    Afin de limiter les quantités de déchets produites, les exploitants des centrales nucléaires appliquent des procédures spécifiques. Ainsi, la quantité de ces déchets a sensiblement décru depuis l’entrée en service des centrales.

    Par ailleurs, pour certains déchets, un traitement par fusion ou incinération à l’usine Centraco de Socodei dans le Gard permet une réduction de volume supplémentaire (de l’ordre d’un facteur 10). Les déchets métalliques (vannes, pompes, outils…) sont fondus dans un four électrique à 1600°C. Et les déchets solides combustibles (gants, combinaisons de travail…) ou les effluents liquides (solutions de lavage, huiles, solvants, concentrats…) sont incinérés.

     

    II – Trier les différents types de déchets

     

    Les déchets sont triés selon deux critères : leur niveau de radioactivité et leur nature (métal, plastique…). En fonction de leur niveau de radioactivité, ils sont ainsi séparés en 2 sous-catégories : les déchets de très faible activité (TFA) dont la radioactivité est comprise entre 1 à 100 Bq/g, et les déchets de faible à moyenne activité (FMA). La très faible radioactivité ne représente pas de dangers. Il est possible de se protéger des effets de la faible et moyenne radioactivité avec des moyens de protection simples : quelques centimètres de béton ou d’acier.

    III – Conditionner et préparer le long terme

     

    Le conditionnement des déchets triés consiste à les confiner et à les immobiliser dans des conteneurs adaptés pour éviter toute dissémination de la radioactivité. Il en résulte des déchets conditionnés ou « colis de déchets ».

    Le choix du conditionnement (fûts et caissons métalliques, conteneurs en béton…) est adapté au déchet. Il est associé dans certains cas à un traitement particulier (compactage, cimentation…). Par exemple, les cendres et les mâchefers issus de l’incinération des déchets combustibles ou liquides à Centraco sont cimentés et conditionnés en fûts métalliques blindés de  400 litres.

    Afin de permettre la traçabilité du colis, sa « fiche d’identité » (contenu radioactif, nature du déchet, origine) est établie à la source et complétée lors des phases de gestion, selon les procédures d’assurance qualité. Le colis est ainsi suivi depuis son lieu de production jusqu’à son emplacement de stockage.

     

    IV – Isoler de l’homme et de l’environnement

     

    Les déchets radioactifs, produits en quantités aussi faibles que possible, puis triés et conditionnés selon leur nature et leur niveau de radioactivité, deviennent donc des colis aptes à une gestion sûre. Ces colis permettent d’isoler la radioactivité de l’homme et de l’environnement lors des étapes de transport, d’entreposage ou de stockage, et occupent un espace limité.

    Une fois conditionnés, les déchets d’exploitation sont temporairement entreposés dans des installations prévues à cet effet, sur les sites de production. Ces dernières permettent de mieux gérer les expéditions vers les centres de stockage de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), qui assurent la gestion à long terme des déchets.

    Le centre de stockage de Morvilliers (Aube), ouvert depuis 2003, accueille les déchets de très faible activité. Sa capacité de stockage est de 650 000 tonnes. Le confinement des déchets est assuré par des barrières naturelles (couches d’argiles) et artificielles (membrane imperméable, géotextile, membrane bitumeuse).

    Le centre de stockage de Soulaines (Aube), exploité depuis 1992, reçoit des déchets de faible et moyenne activité. Il a pris le relais du centre de la Manche qui a accueilli des déchets à partir de 1969. Les colis sont rangés dans des alvéoles en béton, recouvertes d’une dalle et d’une membrane étanches, puis de terre végétale.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :