• La mesure en radioprotection

    I - Mesures en radioprotection

    II - Estimation de l'activité (méthode)

         1) La mesure

         2) Le dépistage

    III - Rendement d'une source

    IV - Facteurs influençant la précision d'une mesure

    V - Limite de détection

    VI - Normes et métrologie

     

     

     

    I - Mesures en radioprotection

    • Dosimétrie individuelle : exposition externe (corps entier, extrémités), et exposition interne.
    • Mesure au poste de travail : débit de dose équivalent, contamination surfacique, contamination atmosphérique.
    • Mesure d'ambiance
    • Mesure d'environnement

     

    II - Estimation de l'activité (méthode)

    2 catégories d'évaluations possibles : le dépistage et la mesure, qui se déclinent en 2 modes opératoires : direct et indirect.

     

         1) La mesure

    Quantifier le niveau de contamination afin de le comparer à une valeur ou limite réglementaire et de réaliser des intercomparaisons.

    --> transports radioactifs, déchets

    --> zonage RP, sortie de matériels

    Résultat exprimé en Bq/cm2 ou en Bq

    Réalisé par contrôle direct ou indirect sur 300 cm2

    Réalisé par sondage sur des points représentatifs

    Une mesure est généralement précédée par un dépistage pour garantir l'exhaustivité et la représentativité de la mesure.

     

         2) Le dépistage

    Vérifier l'absence ou la présence de contamination sur une surface représentative de l'objet, avec une limite de détection donnée.

    Met en oeuvre la notion de "Tout ou rien". Des valeurs repères sont données pour positionner le niveau de contamination et faciliter la prise de décision.

    --> Sortie de chantier, tri de matériel et déchets

    --> Contrôle de propreté des sols

    Réalisé sur toute la surface de l'objet

    Réalisé par contrôle direct ou indirect avec des "chiffonnettes" frottées sur 0,2 à 2 m2.

    Résultat comparé à une alarme ou une déviation significative.

    Pour les chargés de travaux, l'évaluation de la contamination surfacique doit être effectuée par dépistage, principalement indirect.

     

      III - Rendement d'une source

     

    Taux d'émission de surface d'une source ou flux d'émission (Φ) :

    q = Φ = q1+q2+q3+q5      (en S-1 dans 2π)

    --> ensemble de tous les rayonnements. Peut être assimilé à l'activité.

     

    Rendement d'une source : εs = q2π/A avec A activité en Bq

    --> tous les rayonnements qu'on voit.

     

    Parmi les différents types de particules produites par une source, on peut citer les particules atteignant directement le détecteur et celles atteignant le détecteur par rétro-diffusion.

    Les valeurs recommandées pour εs sont :

    • pour les rayonnements β dont Ebmax > 0,4 MeV : εs = 0,5
    • pour les rayonnements α et β dont Ebmax < 0,4 MeV : εs = 0,25

     

    IV - Facteurs influençant la précision d'une mesure

     

    Respect des conditions d'utilisation : température, champ EM, appareil adapté aux rayonnements.

    Aspect aléatoire des interactions avec le détecteur : incertitude statistique.

    Saturation de l'appareil : gamme de mesure limitée - temps mort

    Mesure trop proche du bruit de fond : déterminer la limite de détection pour chaque type de mesure.

    Erreur de mesure du bruit de fond : en particulier pour les portiques.

     

         1) Pour la mesure d'activité

    Incertitude sur le calcul du rendement de la sonde : il dépend de la forme de la source utilisée et l'incertitude de son activité.

    Incertitude sur l'utilisation du rendement de la sonde : distance source - détecteur, énergie du rayonnement et type de particule détecté, état de la surface contrôlée (humidité, rugosité...)

    --> Temps de mesure

    --> Homogénéité de la contamination et/ou de la surface frottée

    --> Surface et facteur de prélèvement

     

         2) Pour la mesure de débit de dose

    Réglage initial de l'appareil (en fonction du radioélément utilisé)

    Incertitude sur la distance de mesure (et cas particulier de la mesure au contact)

    --> Ces mesures de contact pour des sources d'activité élevée sont, dans la majorité des cas, très fortement sous-estimées.

     

         3) Pour la mesure d'activité atmosphérique

    Maîtrise du débit de prélèvement : il doit être suffisant pour accroître la probabilité de captation des particules mais limité par la résistance du filtre à la différence de pression.

    Maîtrise de l'encrassement des filtres : le choix du filtre doit prendre en considération le rendement, la perte de charge, le colmatage, le dépôt des particules en surface.

    Influence des descendants solides à vie courte des gaz rares ou radon : toute mesure de prélèvement atmosphérique réalisée hâtivement est faussée par la présence des descendants solides des gaz rares (radon issu du béton, Xe issu du laiton...)

    Homogénéité et représentativité du prélèvement

    Probabilité de captation

     

      V - Limite de détection

     

    La limite de détection représente, pour un appareil de mesure, sa capacité à détecter une grandeur recherchée, au regard de l'importance du bruit de fond. Elle est utilisée pour les appareils de mesure de contamination surfacique.

     

      VI - Normes et métrologie

     

    La mesure des rayonnements ionisants est couverte par des normes européennes (CEI) ou en l'absence de normes françaises (NF).

    Ces normes intègrent les exigences des normes internationales issues des organismes tels que l'ICRU et la CIPR. Elles couvrent les spécifications des dosimètres individuels, de la mesure du débit de dose équivalent, des mesures d'environnement et des mesures de contamination (surfacique ou atmosphérique) pour l'ensemble des rayonnements rencontrés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :