• La télévision est-elle un miroir de la société ?

    La télévision est-elle un miroir de la société ?

    Oui : la télévision contemple la société et nous renvoie son image, gaie ou triste, raffinée ou vulgaire.

    Non : la télévision est faite par des professionnels à des fins commerciales : elle est donc le reflet de leurs stratégies.

     

     

    1ère partie : la télévision est à la fois un récepteur et un réceptacle. Elle reçoit l’événement, nous le montre immédiatement, tel qu’il s’est produit.

     

    La télévision scrute, observe la société et nous renvoie son image.

    La télévision rend compte de l’événement. Elle peut être partout, dans la rue, les écoles, les foyers, les usines. Elle projette sur le petit écran ce qui fait la vie de la société actuelle. Elle révèle les faiblesses, les blessures, les fragilités, mais aussi les aspects positifs d’un monde toujours en mouvement. De par sa large diffusion, elle informe le plus grand nombre. Aussi permet-elle de mieux comprendre l’époque.

    La télévision n’est pas seulement l’œil de la société : elle est aussi son oreille.

    Si l’on regarde bien la télévision, on l’écoute également. On parle d’elle, et ses plateaux sont autant de lieux de dialogues, d’échanges. Au cours des débats, les idées circulent librement. Souvent contradictoires, elles reflètent les choix, les doutes, les certitudes de la société. Elle est pour nous le signe d’une démocratie en bonne santé.

    La télévision est au service du public.

    Comme le miroir de la marâtre de Blanche-Neige, l’écran est un miroir magique, un miroir qui parle. C’est aussi un miroir dont on peut disposer comme bon nous semble : il suffit d’appuyer sur un bouton pour passer d’un programma à un autre. Par-là, la télévision reflète encore mieux tous les aspects de la société : ses goûts pour le rire, le divertissement, le rêve, la fiction, la musique, le sport, l’information…

     

    2ème partie : la télévision est faite par des professionnels au service du pouvoir, qu’il soit politique, financier, commercial. En ce sens, elle est certes un miroir, mais un miroir déformant.

     

    Une dictature au sein de la démocratie : celle de l’audimat.

    L’audimat, grâce à des mouchards placés chez des téléspectateurs consentants, permet de calculer, à la minute près, l’audience de telle ou telle émission. Ainsi calcule-t-on le coût des écrans publicitaires émaillant d’un programme. Plus l’émission est regardée, plus la diffusion du message publicitaire sera chère. L’effet pervers de cette stratégie est que la télévision renonce à la qualité au profit de la rentabilité. La dictature de l’audimat repose aussi sur le fait que l’on impose des programmes tout en faisant croire qu’ils sont choisis par le public. Les mouchards ne reflètent en aucun cas la réalité.

     

    La télévision est un miroir aux alouettes.

    La télévision, principale fenêtre sur le monde, peut tromper, illusionner, mentir, déformer la réalité. Dans quels buts ? Cacher la vérité, défendre les intérêts du pouvoir politique en place, servir des stratégies mercantiles, priver le téléspectateur de son sens critique. Miroir, elle est aussi miroir aux alouettes, c’est-à-dire pure illusion, car elle ne procure pas de satisfaction réelle. Je suis « obligé » de regarder encore la télévision parce qu’elle ne me satisfait jamais pleinement.

     

    Conclusion

    La télévision est un miroir à mille facettes. Elle a autant de facettes que la société qui l’a inventée et perfectionnée. Elle est certes un lieu de discours, de circulation des idées, où tout le monde peut s’exprimer. Mais, sur le fond, il convient de se demander si toutes ces facettes ne sont pas des moyens de contrôler les esprits, de les contraindre à ne pas penser de manière libre, informée et autonome. Les images nous fascinent peut-être, mais elles ne sont qu’un piège. Elles ne nous apportent jamais ce que nous attendions d’elles. C’est pourquoi la télévision est tellement éphémère. Ses succès ne durent pas et doivent être sans cesse renouvelés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :