• Le progrès est-il contre nature ?

    Le progrès est-il contre nature ?

    Oui : le progrès est contre nature parce qu’il s’est bien souvent fait aux dépens de l’homme et de son environnement.

    Non : la nature de l’homme est de progresser tout en améliorant le monde naturel dont il fait partie.

     

     

    1ère partie : non seulement le progrès est à l’origine du luxe, du vice, du désordre, mais de surcroît il s’oppose au cours naturel des choses.

     

    Le progrès conduit au vice.

    Sénèque, Montaigne, Rousseau, pour ne citer qu’eux, considèrent que le progrès des sciences et des techniques n’a répandu que le vice, la servitude, la discorde. L’homme ne vit que pour l’apparence, il a oublié son être intérieur. L’ethnologue Claude Lévi-Strauss conjure de ne pas négliger la « nature » en cherchant à tout prix le progrès de la culture.

    L’éloge du progrès est un mensonge.

    La glorification du progrès n’est qu’une manière mensongère de justifier les errances d’une époque : elle présente le stade présent comme un stade supérieur au stade passé et par là même sanctifie tout ce qui se fait contre la nature. Où est le progrès en effet, dès lors que nous épuisons la nature, que nous la polluons et ce faisant menaçons notre propre vie sur Terre ?

    Le progrès est contraire aux règles de l’évolution biologique.

    La notion de progrès repose sur l’idée que les connaissances et l’expérience acquises par une génération sont transmissibles à la génération suivante. Ce cumul rend possible une amélioration des savoirs et du savoir-faire et perpétue les acquis culturels. De ce point de vue, le progrès culturel constitue une force contraire à l’évolution biologique. Celle-ci, en effet, exige de l’homme raisonnable qu’il s’adapte au monde en respectant les lois de la sélection naturelle. Si le progrès ne nous a pas apporté plus de justice et de liberté, il ne peut s’appeler progrès.

     

    2ème partie : l’homme fait partie intégrante de la nature. Parce que son intelligence le lui permet, il est naturel qu’il cherche à améliorer sa condition et réalise sa liberté.

     

    L’homme doit s’affranchir des contingences naturelles.

    La nature n’est pas un état immuable, prédéterminé, en face duquel l’homme n’aurait aucune autonomie. Kant a très bien montré que la conquête de cette autonomie passe obligatoirement par l’effort de l’homme, de génération en génération, fait sur lui-même. Si cette conquête passe obligatoirement par le progrès, c’est qu’elle est conforme à une finalité naturelle.

    Il est dans la nature de l’homme de vouloir se perfectionner.

    Toutes les dispositions naturelles de l’homme sont déterminées de façon à parvenir un jour à leur complet développement ; elles peuvent et doivent donc être améliorées, afin que l’humanité réalise son développement historique, à savoir la liberté. Ma propre histoire doit être un progrès continu : chaque jour, pour être un peu plus libre, je dois m’interroger et m’améliorer.

    L’homme doit aussi respecter sa nature.

    Selon Kant, les hommes développent leurs dispositions et construisent leur culture dans le sens téléologique que la nature leur a indiqué. Il ne faut pas voir dans le progrès un péché de l’orgueil humain. La nature impose à l’homme la voie du progrès pour qu’il atteigne sa fin véritable qui est la culture. Le progrès n’est donc pas contre la nature, il est contre « l’inertie des idées admises » (Bachelard). En refusant ces idées contraires à ma liberté, je respecte ma nature d’homme libre.

     

    Conclusion

    La question n’est pas d’opposer nature et progrès (de la culture) comme l’on oppose le bien au mal. L’homme, parce qu’il est homme, n’a pas le choix : il ne peut pas vivre comme l’animal, ni comme un « bon sauvage ». Il lui faut agir sur son milieu. Non pour le soumettre, le nier, mais pour l’améliorer, le corriger. C’est à cette condition qu’il conquiert sa liberté. C’est pourquoi l’on peut dire que la culture est devenue la vraie nature de l’homme, même si cette culture a encore nombre de progrès à accomplir.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :