• Croire, est-ce renoncer à l'usage de la raison ?

    Croire, est-ce renoncer à l'usage de la raison ?

    Oui : la foi est contraire à la raison, en tant qu’elle n’est que superstition.

    Non : foi et raison ne sont pas incompatibles, notamment pour la plupart des philosophes rationalistes.

     

     

    1ère partie : pour le croyant, la raison ne peut pas saisir le mystère de la foi. Pour les philosophes des Lumières, la religion est contraire à la raison et relève de la superstition.

     

    La foi véritable suppose l’abandon de la raison

    Pour Pascal, la foi ne peut résulter que d’un renoncement aux prétentions de la raison. « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ». Même si Pascal fut mathématicien et philosophe, il considère que la raison est seulement capable de faire comprendre à l’homme la misère de sa condition.

    La religion révélée n’est au fond qu’une simple superstition

    Au 17ème et au 18ème siècles, les philosophes, de Spinoza à Voltaire en passant par Hume, vont critiquer la religion révélée parce qu’elle est contraire à la raison. Les dogmes de la religion chrétienne sont considérés comme des « superstitions » qui ne résistent pas à un examen critique. Le conflit entre religion et raison se fait d’autant plus sentir dans le domaine de la science. Ainsi, au 19ème siècle, les sciences naturelles ont-elles pu entrer en conflit avec la version biblique de l’histoire du monde.

    La religion est comparable à l’opium qui étourdit les esprits

    Les philosophes matérialistes n’admettent pas d’autre réalité que la matière et professent généralement leur total athéisme. Marx dit de la religion qu’elle est « l’opium du peuple », une illusion qui empêche les masses de réfléchir et de prendre conscience de leur servitude. Au 20ème siècle, les philosophes de l’absurde constatent l’impuissance de la raison à donner un sens à la vie tout en refusant d’accomplir le saut dans la foi.

     

    2ème partie : les grands docteurs de l’Église font la synthèse de la foi et de la raison, tandis que les philosophes rationalistes, tels Descartes et Spinoza, postulent l’existence d’un Dieu créateur.

     

    La réconciliation de la foi et de la raison

    A partir de Saint Augustin, les docteurs de l’Église se sont employés à réconcilier la foi et la raison. Saint Augustin disait déjà que la raison confirme ce que la foi nous révèle. Dans sa Somme théologique, saint Thomas d’Aquin donne cinq preuves logiques de l’existence de Dieu. Enfin, « l’argument ontologique »  énoncé par saint Anselme sera repris par Descartes : bien qu’étant un être fini, je puis concevoir l’idée d’un Dieu parfait et infini. Comme le fini ne peut pas contenir l’infini, c’est que cette idée m’a été donnée par Dieu ; donc Dieu existe.

    Il existe une religion naturelle conforme à la raison

    Les philosophes de l’âge classique admettent l’idée d’un Dieu créateur. Hume et la plupart des philosophes des Lumières pensent qu’il existe une « religion naturelle » qui est conforme à la raison. Le déisme pose comme certain qu’un dessein divin, une intelligence supérieure, se manifestent dans l’ordre et la beauté de la nature.

    Dieu est le postulat sur lequel se fonde la raison morale

    Kant va plus loin dans l’affirmation d’un lien entre la religion et la raison. L’existence de Dieu est pour lui un postulat de la raison pratique, celle qui se préoccupe de la loi morale. Dieu n’est pas seulement un créateur : il est une condition sans laquelle les exigences morales perdent leur sens.

     

    Conclusion

    La raison et la religion ne sont pas incompatibles parce qu’elles ne sont pas du même ordre. La raison ne nous permet pas, en effet, de saisir les fins ultimes de l’existence. Ainsi, beaucoup de scientifiques ne sont pas pour autant des matérialistes et croient en l’existence d’un Dieu créateur. Cela ne les empêche pas de chercher à percer les secrets de la matière. La foi qui s’oppose à la raison est celle qui, contre la science, contre les preuves qu’elle avance, continue à préférer des dogmes qui relèvent de la pure superstition. Même la religion révélée peut être conciliée avec l’usage de la raison et avec la science, si l’on considère qu’elle donne à l’univers une interprétation symbolique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :